L’ACHARNE DU MOIS #7

pochette Ep

Après quelques semaines d’interruption, je reprends la chronique de l’Acharné du mois. J’ai eu un peu moins de temps ces dernières semaines pour la faire en vidéo, je vous propose donc un article sur Waterwalk, jeune duo lyonnais qui vient de sortir 3 titres. Rencontre avec Alexandre, l’un des 2 membres du groupe.

En préambule, sachez qu’il n’est pas question pour moi de porter un jugement de valeur sur l’artistique du projet, car en tant que musicien, je suis assez mal placé pour juger mes pairs.

J’ai plus envie de mettre en avant la démarche d’autonomie et le fait que Waterwalk entre complètement dans le cadre des Acharnés.

Thomas et Alexandre ont formé Waterwalk en 2013, et ont décidé dès le début de ne jouer que des compositions, « On a un spectre d’influences assez large, même si pour simplifier on pourrait dire qu’on écoute du rock, de la folk, du blues et un peu de hip hop. Je pense que les artistes qui ont beaucoup influencé notre musique sont des artistes comme Oasis, Foster The People ou Arcade Fire. Mais en ce moment par exemple, on est à fond dans Pink Floyd et Kasabian, ça se ressentira sûrement sur nos prochains titres. », nous explique Alexandre.

Les influences sont assez nombreuses, mais déjà bien ciblées et se ressentent dans la musique de Waterwalk. Je veux dire par là, que la couleur du projet est réfléchie, donc bien identifiée.

La méthode d’écriture est assez classique mais semble déjà bien rodée, L’un des membres propose une ébauche et laisse l’autre complètement détruire l’idée de départ, « L’un de nous deux arrive généralement avec un base très simple, qui consiste en une mélodie, une partie rythmique, le tout sur une boucle d’une minute. On donne alors carte blanche à l’autre pour tout casser, tout reconstruire. Puis quand on sent un potentiel, je commence à chanter au hasard une bouillie qui évolue progressivement en paroles, pendant qu’on met en place la structure. On a en général l’essentiel de la chanson en quelques jours, mais les 10 derniers pour-cents peuvent mettre des mois. Pour te donner une idée, on a commencé à travailler sur Brother (le titre d’ouverture de l’EP) en juillet dernier. »

Waterwalk

C’est au niveau de la production des titres que le processus m’intéresse. Thomas et Alexandre produisent leurs titres chez eux, « on s’est construit un véritable studio chez nous, ce qui nous donne une grande liberté et le luxe de ne pas compter notre temps. On ne veut pas se retrouver dans la situation de devoir sortir quelque chose dont on n’est pas complètement satisfait, sous prétexte qu’on a dépensé tout le temps qu’on avait prévu dans un studio traditionnel. Ca nous a donné le recul nécessaire pour mûrir le projet de façon cohérente, en ne laissant au hasard ni la musique, ni les paroles, ni l’univers qu’on veut développer. »

Le fait de s’affranchir des contraintes liées à l’enregistrement en studio leur laisse une grande liberté en termes de temps et de budget, « Le processus d’enregistrement tient une partie importante dans l’écriture, car la chanson peut se trouver fortement influencée par un son de synthé ou un effet de guitare qui peut se créer un peu par accident. On expérimente énormément, et 90% des choses produites finissent à la poubelle. »

Sinon plus techniquement parlant, toutes les sections rythmiques sont produites par ordinateur, mais on règle chaque note, chaque coup de cymbale. La guitare passe par une carte son, et on traite ensuite le son par ordinateur, pareil pour la basse et les synthés. La voix et la guitare acoustique sont les seuls instruments qui passent par un micro « classique ». » 

Cette autonomie a également un impact sur leur créativité et leur réactivité, le duo vient juste de sortir 3 titres, mais ils ont aussi 2 albums quasiment prêts. Ils ont donc de la réserve pour occuper le terrain dans les prochains mois et continuer grandir, « On tourne un clip pro en mai pour le prochain EP, qui est presque terminé et qui sort en juin. L’ambiance y sera plus joyeuse sur ces nouveaux titres, qui sont plus taillés pour le live. Seulement 3 musiques sont sorties pour l’instant mais on en a plus d’une dizaine en chantier, dont plusieurs à des états très avancés. Après le Full Life EP qui sort en juin, on a prévu deux albums. Toutes les chansons sont liées et racontent une histoire qui commence avec le White Paper EP. Après la sortie de ces nouveaux titres, on va peaufiner le live et commencer à montrer ce que donne notre musique « en vrai ».

Pour découvrir le premier EP de Waterwalk, cliquez ICI

Merci d’être des Acharnés,

A bientôt,

Vincent

1 Trackback / Pingback

  1. Les acharnés

Laisser un commentaire