POURQUOI NOUS DEVONS OUBLIER LES MEDIAS ?

conseils
Crédits photo : Ryan McGuire Licence Creative Commons

Contacter les médias est un passage obligé dans la promotion d’un artiste, il faut donc y porter une attention particulière. Bien sélectionner ceux qui pourront parler de votre projet est donc capital.
Mais avant toute chose, il y a quelques éléments qu’il faut absolument prendre en compte. Votre projet a-t-il une histoire, et surtout est-il fédérateur ? Alors pourquoi nous devons oublier les médias ? (au début au moins).

Les médias sont en crise, comme beaucoup d’autres secteurs. Qui dit crise, dit révision du contenu éditorial pour le réduire à ce qui génère du trafic ou de l’acte d’achat. Ils se tourneront vers les artistes qui arrivent à bouger une forte communauté. Ils ne jouent plus le rôle de précurseurs et se contentent d’attendre ce qui va émerger des réseaux sociaux.

Mais nous, très souvent, une fois notre EP ou album fraichement sorti du studio, on envoie nos mails à notre liste médias qu’on a soigneusement établie, et dont 99% des contacts n’ont strictement rien à faire de l’existence de notre projet. En plus pour certains médias , on les bichonne, on leur envoie par la poste un petit cadeau en plus du disque pour attirer l’attention. On perd du temps et parfois de l’argent…

D’autres, se disent qu’il faut utiliser le réseau  d’un ou une attaché(e) de presse. Donc se mettent en quête de la perle rare, payent ses compétences et son réseau tissé depuis des années, ce qui est complètement logique. Puis, gueulent à la fin parce que les retours ne sont pas ceux espérés. Mais ces artistes ou groupes oublient une chose, c’est qu’ au delà de l’artistique, l’attaché(e) de presse est également soumis(e) à la règle du projet qui pèse un peu dans le game pour avoir des retours avec de l’impact.

Aujourd’hui, à quelques exceptions près, rares sont les médias qui prendront le temps ou le risque de sortir  un groupe ou un artiste au tout début de son histoire. Hormis quelques webzines ou les webradios dont la ligne éditoriale est clairement tournée  vers les artistes underground, peu d’entre nous auront un retour des grands médias qui peuvent faire décoller une carrière… Cela dit je ne sais pas si les médias font encore décoller une carrière…

MAIS ALORS COMMENT FAIRE  ?

Tout d’abord il faut faire un premier point sur votre projet. Est-ce votre premier EP ou album ? Combien de concerts avez vous effectué ? Quelle est la taille de votre communauté ?… Si les réponses à ce genre de question sont proches du néant, surtout ne contactez pas les médias, ni les relations presse, vous perdez votre temps…

Si vous avez un peu de budget à dépenser, concentrez vous sur votre communauté. Aujourd’hui, au grand dam de certains médias, on peut contacter directement notre public grâce aux réseaux sociaux.

Ce n’est pas anodin, si beaucoup d’attaché(e-s) de presse ont ajouté le rôle de community manager à leurs profils. Pour construire votre réputation vous n’avez plus besoin des médias, mais d’une vraie stratégie web. Les médias viendront dans un deuxième temps, uniquement pour vous adouber.

Une  campagne de pub bien réfléchie et bien ciblée sur Facebook ou un autre réseau social vous donnera beaucoup plus de résultats que des dizaines d’envois aux médias.

Misez votre énergie et votre temps sur votre campagne de pub sur le réseau social qui génère le plus de retours sur votre projet. Ciblez bien la population susceptible d’adhérer à votre projet et au message que vous souhaitez faire passer. Je vous invite à relire mes articles sur le marketing.

Il faut absolument que vous compreniez le système publicitaire de Facebook, Twitter ou autre…

Je vous donne un petit truc pour avoir une pub efficace sur Facebook. La cible doit se trouver entre 8000 et 10 000 personnes pour que votre pub génère un retour qui tient la route.

Pour le reste, tout dépend de votre projet…

Une fois que vous avez compris  le système des pubs, prenez le temps qu’il faut pour déterminer le ton de votre message.

Une bonne campagne de pub associée à un message clair sont les deux éléments qui vous permettront de créer une base solide pour ensuite contacter les médias.

Vous pesez, ils vous regardent, le rapport de force est inversé et ce sont les médias qui finalement auront besoin de vous et non l’inverse…

A noter que cet article est également valable pour contacter les salles, les festivals, les tourneurs…

Aujourd’hui, nous avons les outils à disposition pour démarrer nos parcours. Il suffit de prendre un peu de temps, de comprendre les fonctionnements, de réfléchir et de se lancer…

Une fois votre communauté constituée et réactive, rien ne vous empêche de contacter les médias, mais là encore en estimant ceux qui sont à votre portée et dont la ligne éditoriale correspond à votre musique.

Etes-vous d’accord avec ce point de vue ?

En tous cas, merci à tous d’être si présents sur le blog et de partager son contenu !

Merci d’être des Acharnés.

A bientôt,

Vincent

 

 

2 Comments

  1. Bonjour, la situation a bien changé et le web a perdu la liberté qu’il revendiquait il y a 15 ans. C’est maintenant un commerce, ce n’est plus l’espace de liberté qu’on espérait qu’il soit. Des médias pour les indépendants, il y en avait qui naissaient il y a 10 ou 15 ans avec l’envie de faire bouger les lignes et de donner une alternative à la musique commerciale poussée par le pognon. Et puis le temps a fait son œuvre, le pognon a repris le dessus. Que reste-t-il de ces réseaux de découverte qui drainaient un public de gens curieux ? Rien. Il n’y a plus de place pour l’émergence. Tout ça est à repenser, à reconstruire.

    • Salut Ben,
      Oui la situation a changé, mais je reste persuadé que des petits espaces de découverte existent encore, sans forcément vouloir faire de l’argent. Ce site en est la preuve. Pas de modèle économique, pas de plan médias pour obtenir un maximum de visites. Juste l’envie de partager nos expérinces…

Laisser un commentaire